Les projecteurs : Comment s'y retrouver?

Les projecteurs : Comment s'y retrouver?

Par Guillaume Croisetière et Geoffrey-Axel Michaud-Ferland, conseillers-experts chez Maison Adam

Sur le marché, plusieurs technologies sont disponibles lorsque vient le temps de choisir un projecteur. En 2017, les trois technologies qui s’affrontent sont le LCD (Liquid Crystal Display), le DLP (Digital Light Processing) et le LCoS (Liquid Crystal on Silicon). Voici un tour d’horizon permettant d’y voir un peu plus clair.

La différence entre un projecteur multimédia et de cinéma maison

Pour commencer, il est important de faire une distinction entre un projecteur multimédia et un projecteur de cinéma maison. Un projecteur de cinéma sera utilisé dans une pièce à faible éclairage et on cherchera à obtenir les couleurs les plus nuancées en conservant  les meilleurs contrastes possibles. Dans le cas d’un projecteur multimédia, c’est avant tout la luminosité qui est importante, car il servira dans une salle généralement très éclairée. Aussi, les contrastes et la gamme de couleurs produite par un tel projecteur seront souvent restreints. Dans le premier cas, on choisira un projecteur où la luminosité est d’environ 2000 lumens (la plupart des modèles de cette catégorie varient entre 1500 et 3000 lumens). Dans le second cas, on désire au minimum 3000 lumens, mais on préfère des projecteurs projetant de 4500 à 5000 lumens. À titre indicatif, on peut noter qu’une ampoule incandescente de 25W produit environ 200 lumens et que le soleil produit près de 100 000 lumens par mètre carré. Ce qu’il faut retenir ici, c’est essentiellement que si la luminosité du projecteur dépasse les 3000 lumens, qu’il n’est probablement pas destiné à un usage cinéma.

La technologie LCD

Les projecteurs utilisant la technologie LCD offrent, en général, le meilleur rapport qualité-prix, car les panneaux LCD sont moins coûteux à produire. On appelle souvent ceux-ci 3LCD puisqu’ils utilisent trois panneaux à cristaux liquides. Ceux-ci filtrent la lumière émise par la lampe du projecteur avant de la recombiner pour former l’image finale. Chacun des panneaux crée une image partielle correspondant respectivement aux trois couleurs primaires. Cette manière de créer une image est similaire à la technologie utilisée dans les téléviseurs actuels. Le 3LCD permet d’obtenir une bonne luminosité et de générer des contrastes excellents. Par contre, il performe un peu moins bien lorsque vient le temps de reproduire des noirs authentiques. Auparavant, lorsque l’on regardait la toile de près en utilisant un projecteur LCD, nous pouvions distinguer les pixels du LCD. Cette technologie a beaucoup progressé dans la dernière décennie et offre aujourd’hui une finition pratiquement impeccable. Sur le marché, Epson est parmi les fabricants de 3LCD offrant le meilleur rapport qualité-prix. D’ailleurs, chaque année, le site Projector Central leur décerne plusieurs places dans leur top 10.

La technologie DLP

Pendant un bon moment, le principal compétiteur du LCD fut uniquement le DLP. Les projecteurs DLP utilisent un système de miroirs microscopiques disposé sur une matrice. Le nombre de miroirs correspond à la résolution du projecteur. Ceux-ci permettent de contrôler la quantité de lumière qui atteint l’écran pixel par pixel. La lumière projetée par la lampe aura, au préalable, passé par un carrousel tournant à haute vitesse afin de produire les couleurs. Cette manière de procéder comporte un défaut que l’on nomme « effet arc-en-ciel ». Ce n’est pas visible par tous, ni sur tous les modèles, mais un mouvement rapide du spectateur rend visible la superposition des teintes rouges bleus et vertes du carrousel, ce qui peut être rapidement désagréable. Également, à la manière des 3LCD, la technologie des projecteurs à DLP a évolué. On utilise dans les modèles haut de gamme trois matrices distinctes, une pour chaque couleur primaire. Utiliser trois matrices annule par le fait même la possibilité de créer un effet arc-en-ciel. C’est d’ailleurs la technologie de projection qu’utilise la plupart des salles de cinéma. Ce type de projecteur se débrouille mieux que ses compétiteurs pour créer des images nettes lors de mouvements rapides et offre une luminosité comparable à celle des 3LCD. Par contre, à prix égal, il offre une image moins contrastée que le 3LCD ou que le LCoS. Le manufacturier Optoma propose une belle sélection de projecteurs utilisant la technologie DLP.

La technologie LCoS

Le LCoS est un peu une combinaison des deux autres technologies. On utilise un panneau à cristaux liquides sur une base réfléchissante de silicium. Également, comme dans le cas du LCD et du DLP, une variante à trois panneaux (un par couleur primaire) a été développée. Cette technologie offre des noirs véritables et de  bons contrastes. Par contre, un peu à la manière d’un panneau OLED, l’image produite est un peu moins lumineuse que celle produite par un 3LCD ou un DLP. Dans le cas du LCoS, les principaux manufacturiers sont Sony et JVC, qui préfèrent donner un nom qui leur est propre à cette technologie. Chez Sony, par exemple, on la nommera SXRD. Cette technologie gagne en popularité, car elle est désormais aussi abordable qu’un bon 3LCD. Par contre, de manière générale, les projecteurs utilisant des panneaux à cristaux liquides sur silicium sont les plus dispendieux à fabriquer.  On peut notamment dépasser les 80 000$ pour le modèle phare de Sony, ce qui ne rend pas ces modèles à la portée de toutes les bourses.

Au final, il est difficile de positionner une technologie comme étant supérieure à une autre. Elles comportent toutes des forces et des faiblesses, le choix idéal dépend beaucoup de l’usage qu’on désire en faire. Cela dit, de manière générale, les projecteurs 3LCD ont tendance à offrir le meilleur rapport qualité prix des trois technologies.

Inscription infolettre